28/07/2013

Discret

En esclave

un bras tendus

me donne un coin de grabuge

trop parasité

a tendre l'ame

plein de masse de marre

d'etre chomeur

a ceux qui chauffe

comme mes mains qui brules

comme les suivis

s'enflame 

comme toujours on inverce les conscequence en rigolent

l'obsession mallsaine s'agite

00:47 Écrit par Memophis dans # Michael | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.