14/06/2013

Porte

nous plongeons dans des chimères sur un ciel qui traque sans pitié le carnage de nos sciecle de lutteur éternel vers un long voyage au firmament errant de l'homme jusqu'a la mort 

nourrie libre au sein des saints de ces images avec leur yeux et des pas de ton corps et de ton coeur

chasse les serments flotte librement sur le noire que raconte des forces la ou la nuit s'installes en moi pour ne rien voire de cette lumière 

mais je vie des mortel ou poète philosophe ce contre du mal, jusqu'au silence muet ou l'on ne pleures plus que jamais et ou ont ne ries

je tournerais les yeux vers la clarté 

elle,me poursuit blanche et d'or supérieure parmi  les l'arme et la chaleur de cette force intime au richesse silencieuse

 

la raison c'était sa chaleur ...

14:15 Écrit par Memophis dans # Michael | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.