07/03/2013

Le jardin du souvenir

t1o1qp46-1.jpg

 

des adorations sur des jardins d'encens 

ou amoureuse d'une brise légère

m'enleves la pitier de son coeur nu

faisant chanter les chevaux

a pas amère entre elle et moi

le torent de son corp sur le mien

 

son les raisons faite pour croire

le quantique de la vie 

de force ont ce parfume d'idée 

donnant la chance au note de nos chaines enlacer

 

on ce touche de corps 

par des voix immuable

posée comme cyclable sur une eau tiède

vaincus en renégat 

jusqu'aux fenêtre de nos jeunes année

23:09 Écrit par Memophis dans # Michael | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.