16/10/2012

In tenebris

 

 
Le siècle des ténèbres...
 
Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts ! (…)
Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé. 

(Baudelaire – Les fleurs du Mal) 

12:42 Écrit par Memophis dans > Baudelaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ténèbres |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.