11/08/2012

La mort est multiforme...

 

Oh ! que sa main est petite et blanche ! 
On dirait une fleur qui penche...

Elle repose, elle dort, 
Elle a touché la mort,

Elle est vide, et toute légère, 
Elle a accompli son sort sur la terre.

Tu peux la prendre, ô Seigneur ! 
Elle a touché le bonheur...

La lune brille sur son visage, 
Et ses yeux sont pleins de nuages.

Sa bouche pose, entrouverte et paisible, 
Comme au bord d'une coupe invisible.

On a couché ses longs bandeaux 
Comme des blés sous une faulx.

Lentement, sans bruit, sans secousse,
La porte s'ouvre sur la nuit douce...

 

Charles VAN LERBERGHE   (1861-1907)

 

23:00 Écrit par Memophis dans > Charles VAN LERBERGHE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.