22/01/2012

Antonin Artaud

aprés sont internement en hopital psychiatritrique en 1946 il mourut et laissa une grande oeuvre "Lombilic des limbes"

poète noir

poète noir, un sein de pucelle
te hante,
poète aigri, la vie bout
et la ville brûle,
et le ciel se résorbe en pluies,
ta plume gratte au coeur de la vie

foret, foret, des yeux fourmillent
sur les pigeon multipliés;
cheveux d'orage, les poètes
enfourche des chevaux, des chiens

les yeux ragent, les langues tournent 
le ciel afflue dans les narines
comme un lait nourricier et bleu;
je suis suspendu a vos bouches
femme, coeur de vinaigre durs.

 

ces un texte situé entre 1924 et 1928 d'Antonin Artaud

14:56 Écrit par Memophis dans > Antonin Artaud | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Antonin artaud

c'est en lisant de grand poète que je recouvris leur langage .

j'ai lut antonin artaud dans "suppôts et suppliciations " il dit :

"de cette espèce d'enfer incréé ou le corps de l'homme suffoque avant de commencer a respirer,
et qui se tien aussi bien a la lisière du sentiment que de la pensée.
j'ai finit par y apprendre qu'il n'y a ni conscience ni pensée.
c'est très au-delà, en effet, de la conscience et de l'idée que les envoûtements universels atteigne le corps qu'ils ont toujours visé."

il dit aussi :

"le parasite dieu est sur moi et me suit ... partout ou suppura ma vie" 



je trouves ces paroles plein de vérité sur le monde d'aujourd'hui , l'on est que a même d'être contemplatif devant autre chose qu'un corps que l'on nous donne sans dieu.
ou on ne l'est pas ou plus et rien ne nous empêche d'être personnel a l'orgueil de posséder ce qui reste .

14:53 Écrit par Memophis dans > Antonin Artaud | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |